Si, par hasard… vous consultez ce site, n'hésitez pas à me faire part de vos réflexions, qui me permettront de l'améliorer ou de corriger certaines erreurs qui  auraient pu s'y glisser ou d'y glisser des infos que je n'aurais pas… (après validation).

Je vous remercie de votre contribution. 

Mon courriel… ICI


AUDITION À L'ASSEMBLÉE NATIONALE

de Murielle de Didier POTIRON,

accompagnés d'Yves DANIEL Député de L-A.

 

Murielle et Didier POTIRON ont été auditionnés, le 17 juillet 2019, en commission à l'Assemblée Nationale par Julien AUBERT, président de la commission sur "l'impact des énergies renouvelables"…

 

http://videos.assemblee-nationale.fr/video.7992479_5d2f1b553ef70?fbclid=IwAR0333BoL87kcyyYsdrj9PEuXI-fEmDBLxIDtPUpjgdDIFmevbKZMy8v8RA


TÉMOIGNAGE

Je publie ici ce témoignage in-extenso

Bonjour,

voici un témoignage très très intéressant : 

 

J'invite les gens qui s'intéressent de près à la question des éoliennes à prendre connaissance du travail de Sioux Berger.
De quoi éclaircir les malentendus et se faire une opinion plus étayée.

Témoignage d’une agricultrice bio

Eoliennes : une escroquerie verte organisée

J’ai 35 ans et je suis agricultrice bio en Auvergne. Il y a deux ans, j’ai été contactée par une entreprise privée qui avait pour projet d’installer un parc d’éoliennes dans ma commune. Je les ai reçus avec joie ! J’avais hâte de participer à un projet écologiste et d’apporter mon grain de sel à la fin du nucléaire. 

Première surprise : je m’attendais à rencontrer un représentant de l’Etat, ou de la préfecture pour ce genre de projet (l’énergie est, il me semble, le bien de tous et nous sommes tous concernés). En fait, il n’en était rien : c’était bien une entreprise privée financée par des fonds de pension étrangers qui était chargée du projet. 

Un peu bizarre, mais, après m’être renseignée, je me suis aperçue que tous les projets étaient tenus par des boîtes privées qui prospectent un peu partout en France pour chercher des terrains où placer des éoliennes. 

Je pensais donc que cette société voulait m’acheter un bout de terrain, un peu comme un promoteur immobilier «du vert». 

Deuxième surprise : la société envisageait effectivement d’implanter une éolienne chez moi, mais elle ne voulait «surtout pas» me déposséder de mes terres. Elle voulait seulement louer le terrain. Et cela, pour une somme absolument mirobolante : pour moi qui ai des revenus de 1500 euros par mois, on me proposait un loyer de 30 000 euros par an pour deux éoliennes implantées. Pendant 20 ans… 30 000 qui tombent tous les ans et je participe à l’écologie nationale. Un rêve. 

La société a insisté pour que je signe « rapidement », car d’autres agriculteurs pouvaient être aussi intéressés. A 30 000 par an, je n’en doutais pas une seconde. 

Mais… je suis auvergnate et, par nature, méfiante. J’en ai discuté avec… ma grand-mère. Elle a hoché la tête et elle m’a dit : « ils veulent payer 75 fois le prix de la terre sans la posséder ? ici ? Là où nos terres ne valent pas grand-chose ? … Il y a un loup quelque part. » 

Alors j’ai cherché le loup. Et je l’ai trouvé en demandant un nouveau rendez-vous avec la société. Je leur ai demandé un contrat du bail. Et j’ai lu toutes les petites lignes. 

Et voici la question que je leur ai posée : au bout de 20 ans, que se passe-t-il ? 

Pas de réponse. Ou plutôt une réponse trèèèès floue : on ne sera plus là, car on revend nos implantations à des entreprises étrangères (chinoises notamment). Mais la loi nous demande de prévoir le démantèlement de l’éolienne. Nous provisionnons 50 000 euros. 

Parce qu’au bout de 20 ans, une éolienne, elle est en fin de course.

OK. J’ai donc fait venir plusieurs entreprises spécialisées. Pour une éolienne de 200 mètres de haut, le coût minimum est de 450 000 euros par éolienne. A la charge du propriétaire du terrain. 

Et s’il ne peut pas payer ? Comme il s’agit d’une éolienne industrielle, l’Etat se retourne contre le propriétaire, puis contre la commune. 

Je fais un rapide calcul : le projet d’ensemble comprend 7 éoliennes et ma commune 200 habitants. 

450 000 x 7 = 3 millions 150 000 de dette. 

J’ai la tête qui tourne… j’ai le vertige face à une telle dette. 

Ça, c’était ma première découverte. Depuis, je suis allée de surprise en surprise. 

Tout d’abord, je me suis demandé pourquoi cette société voulait implanter des éoliennes dans un endroit où il y a si peu de vent. 

Réponses : en effet, il n’y a pas assez de vent. Qu’à cela ne tienne, nous allons construire des éoliennes beaucoup plus hautes. 200 mètres de haut. La taille de la tour Montparnasse. 

Fort bien. Pour des éoliennes qui ne tourneront que 25 % du temps. Pas très rentable…Alors, comment se fait-il que des fonds de pension s’intéressent tant à l’éolien en France ? 

Tout simple ! En France, une loi exige que l’énergie verte des éoliennes soit achetée en priorité deux fois le prix des autres énergies ( l’hydraulique, qui est pourtant totalement vert, n’a pas ce privilège ! )

Donc, c’est intéressant pour les investisseurs étrangers, sans doute en pleine complicité avec le gouvernement… car… qui paye cette différence ? 

NOUS ! Sur votre facture EDF, il y a une petite ligne qui indique que nous « participons au développement de l’énergie verte »… En fait, nous finançons des actionnaires étrangers. 

Ah oui ! Je ne vous ai pas tout dit ! Cette énergie est essentiellement destinée à être exportée. Donc pas du tout destinée à faire fermer les centrales nucléaires.

Ça, les actionnaires s’en fichent totalement. Moi pas. Je me suis livrée à un nouveau petit calcul : le développement de l’éolien en France va coûter 75 milliards d’Euros financés par nous-mêmes pour détruire nos paysages, notre tourisme, la valeur de nos biens immobiliers et nos parcelles cultivables (qui ne le sont plus quand on dépose 1500 tonnes de béton dans le sol pour y placer la tour Montparnasse).

Avec cet argent, l’État pourrait redistribuer à chaque Français une part pour isoler dignement son logement. Nous pourrions ainsi fermer 18 réacteurs nucléaires. Mais ça, ça ne rapporterait rien aux actionnaires. 

Pour finir, je tiens à préciser que je ne signe pas ce texte car j’ai reçu des menaces : 

- d’agriculteurs, qui souhaitent « rafler les 30 000 euros par an sans réfléchir »

- des sociétés de l’éolien qui, plus subtiles, me proposent des « compensations » contre mon silence.

Faites circuler, et réfléchissez. Sous couvert de « vert », on nous prend pour des jambons.


PÉTITION EN LIGNE (Cliquez l'image)


MANIF - Samedi 29 juin 2019 - Rencontre avec le Commissaire enquêteur…


28 JUIN 2019

EDITO :

Texte publié sur l'enquête publique en ligne 

https://www.registre-dematerialise.fr/1275/observation

 

Il y a quelques années, j’étais plutôt favorable à la production électrique par éoliennes, néanmoins, avec quelques réserves, notamment, la distance de retrait par rapport aux habitations et exploitations agricoles.

Mais la biodiversité et la transition énergétique étant devenues, avant tout, une affaire financière, les éoliennes sont implantées n’importe-où, au détriment des populations rurales.

Avec le temps le constat est très défavorable aux éoliennes, devenues gigantesques sans que les normes de sécurité n’évoluent. Si 500 m de retrait par rapport à une habitation était raisonnable pour une éolienne de 50 à 100 m de haut, la même distance ne l’est pas pour une machine de 180 m et plus !

De plus, toujours avec le temps… les langues se délient et les riverains des éoliennes osent enfin parler de leurs problèmes… graves, pour la plupart ! (voir à Puceul et ailleurs en Bretagne ou dans le Centre de la France).

Les éoliennes ne sont pas, non-plus, écologiques, ni dans leur conception, ni lors de leur démantèlement, un socle de 1500 à 2000 Tonnes de béton laissé dans le sol n'a rien "d'écolo", pas plus que les pales en matières composites, non-recyclables, envoyées en décharges brutes dans des pays en voie de développement. 

En conclusion, je suis opposé à l'implantation d'éoliennes, à Jans ou ailleurs, tant que le confort, la sécurité et la santé des riverains ainsi que l'écologie ne seront pas prioritaires et respectés.

Nous devons répondre de nos actes devant les générations futures.

JLK


DERNIÈRE MINUTE !

À JANS (44170) SAMEDI 29/06 à 10h30

Rassemblement devant la Mairie. 

Ce sera une présence pacifique mais significative afin de montrer notre mobilisation auprès du commissaire enquêteur lors de sa permanence

(Janséens et communes voisines autant impactées).

Votre présence est primordiale !

Vous pouvez aussi signer la pétition… merci !




L'Enquête publique commence… AIDEZ-NOUS !


Télécharger
Lettre de ré-information#1
Communication au sujet de l'enquête publique, ce qu'il faut savoir !
TRACT.pdf
Document Adobe Acrobat 960.9 KB

ENQUÊTE PUBLIQUE nouvelles dates.
Prolongation confirmée sur le site de l'entreprise et c'est arrivé en Mairie.

Des permanences auront lieu à la mairie de Jans le :

12 juillet 2019 de 14h00 à 17h00,

17 juillet 2019 de 09h00 à 12h00,

26 juillet de 14h00 à 17h00.


Suivez ces liens, c'est nouveau !









À LA UNE !


INTERVIEW

Fanny Loobel (Association de Défense des Paysage Nord 44) dans l'Éclaireur de Châteaubriant nous parle éoliennes et annonce l'Assemblée générale de l’Association de défense des paysages de Loire-Atlantique jeudi 15 novembre 2018 à 18h30 au lieu-dit Montfriloux (salle de l’asso Transmission) à Trans-sur-Erdre.

 

Voir l'article


Vu dans le bulletin municipal de Jans (nov/déc 2017)

 

Réunion du Conseil Municipal du 25 septembre 2017.

 

Le Conseil Municipal DECIDE de ne pas signer la convention avec la société P&T Technologie par 7 voix « CONTRE » et 6 abstentions. 

 

- P&T Technologie est la société qui envisage d'installer des éoliennes à la Butte Noire. (NDLR) 


Consultation préalable à l'édification d'un parc éolien à Jans (La Butte Noire) à l'initiative de P&T Technologie…

Voilà , l'avis de concertation publique pour la Butte Noire  ,

et non d'enquête publique

N"hésitez-pas à aller sur le site www.parceoliendelabuttenoire.fr et de donner votre avis, faites vos remarques !

il s'agit surtout pour le moment , de faire savoir l'opposition , la saturation des riverains et de la population rurale face à l'envahissement, sans concertation des éoliennes dans notre région.

AVIS DE CONCERTATION PREALABLE En application de l'article R121-19 du code de l'environnement issu du décret n°2017-626 du 25 avril 2017 Projet éolien de la Butte Noire Commune de Jans

- 1. Objet de la concertation préalable du public La société P&T Technologie dont le siège est situé rue du Pré Long à Vern-sur-Seiche (35770) développe un projet 6 éoliennes de 3MW chacune sur le site de la Butte Noire à Jans. Le développement de ce projet fait l'objet d'une concertation préalable à l'initiative de P&T Technologie.

- 2. Garant de la Commission Nationale du Débat Public La concertation préalable n'est pas placée sous l'égide d'un garant.

- 3. Durée de la concertation préalable Du 17 novembre au 1er décembre 2017

-4. Modalités de la concertation préalable Un dossier de présentation du projet sera disponible, pendant la durée évoquée ci-dessus sur le site du projet : www.parceoliendelabuttenoire.fr Le public pourra déposer ses observations et soumettre ses propositions : - par voie électronique directement sur le site internet visé ci-dessus - par adresse mail à Christophe Biger, responsable du projet : contact@parceoliendelabuttenoire.fr - par voie postale à l'adresse suivante : P&T Technologie Rue du Pré Long 35770 Vern-sur-Seiche Dans un délai de trois mois après la fin de la concertation, un bilan de la concertation sera publié sur le site internet du projet, durant un mois. Il résumera la façon dont s'est déroulée la concertation préalable et établira la synthèse des observations et propositions du public. 


300 personnes manifestent à la Roche-sur-Yon contre l'implantation d'éoliennes à Chantenay…

Télécharger
MANIFESTATION
Manifestation le 25 mars 2017 à La Roche-sur-Yon
Manif affiche.pdf
Document Adobe Acrobat 1.0 MB


À LIRE…



Historique

Depuis 1989…


L’ADEJ est une association (loi de 1901) de défense de l’environnement qui s’est illustrée depuis 1989, alors que la volonté de la municipalité de Jans était d’implanter une décharge d’ordures ménagères de 40 ha à la Butte Noire à Jans.

 

Je ne relaterais pas tous les détails (j’ai 15 kg de documents en archives), la lutte, contre la municipalité de l’époque d’abord, ensuite, contre la Préfecture et la DRIRE ainsi que contre le SICTOM (Syndicat Intercommunal de Collecte des Ordures Ménagères).

 

Cette Lutte a amené le conseil municipal de l’époque à démissionner au mois de juillet 1989. Après de nouvelles élection en septembre, au premier tour plusieurs membres de l’ADEJ ont eu assez de voix pour être élus, sans s’être présentés au suffrages sur une liste !

 

L’ADEJ a eu d’autres actions « constructives » que de se défendre contre l’implantation d’une décharge géante qui, nous dit-on, va bientôt fermer (la poubelle est pleine).

- L’aménagement de l’Île des gués, avec la construction d’une passerelle, de jeux de plein-air pour les enfants,

- La reconstruction de la chapelle du Trépas.

Certains se souviennent aussi des fêtes que l’Association a organisées à l’Île des Gués.

L’association s’est mise en sommeil quelques années et a été réactivé pour créer Touche Pas à Ma Rivière… Association qui défend le Don actuellement.

 

Aujourd'hui

De nombreux janséens, se sont inquiétés d’une seconde implantation de parc éolien sur la commune de Jans aux environs de la Butte noire !

 

Nous sommes là pour en parler…

 

Bien entendu, nous n’avons pas réponse à tout, nous sommes prêts à écouter tous les arguments, et essaierons de répondre à vos questions.

 

Toutes les bonnes volontés seront bien accueillies. N’hésitez pas aussi à prendre votre adhésion à l’ADEJ - pour la modique somme de 7 €. 

 

Nous avons besoin des uns et des autres. L’ADEJ compte sur vous.



Aujourd'hui

les éoliennes !

Réunion en coordination avec l’association QAVE

et DPHN 44. du 6 janvier 2017 à Tréffieux 

 

Le sujet en était l'implantation d’aérogénérateurs sur la commune de Jans et autour de son territoire et les questions qui se posent ayant entendu les témoignages de riverains de parc récemment installés dans la région et comparé ces situations avec ce qui se passe ailleurs en France.

 

En principe l'ADEJ est favorable aux énergies renouvelables et alternatives, néanmoins, il ne faut pas qu'il soit fait n'importe quoi.

 

Ce qui motive nos interrogations, c'est d'abord, la dangerosité des courants produits par les aérogénérateurs de façon incontrôlée ainsi que les ondes inaudibles mais perçues par le vivant, humain ou animal, tels que les infrasons et les perturbations parfois graves générées.

 

Cette réunion avait pour but d'échanger autour des problèmes liés aux aérogénérateurs (appelés vulgairement éoliennes), sur les gens et les animaux, qui doivent vivre à proximité.

 

Certaines personnes ici présentes en sont peut-être témoins et victimes et comptons sur leur témoignage.

 

Nous savons qu'un parc doit s’implanter au Sud-Est de Jans à la Longueville (nom officiel : "Projet de Parc éolien de Jans), et en plus viendraient s’ajouter d’autres projets sur JANS

- à la Butte noire,

- projet Nord de la Grandville.

 

Sur TREFFIEUX

- à Ballon,

- à Gruellau / Bois d’Inde

 

Pour compléter nos comptes : 

 

- à Derval  : Projet d'agrandissement du parc existent + 1 autre sur Croquemais

- à Lusanger : Projet aux Fougerays

- à Conquereuil : 5 machines en construction...

- à St Aubin des Château : enquête publique en cours pour nouveau parc....

  • Soit une trentaine de machines.

Pascale Pouloubinski a fait un petit calcul : la moyenne française d'implantation d'éoliennes est d' 1 machine pour 23 km2, la commune de Jans fait 39 km2 et nous aurons une trentaine de machines, soit presque une machine au km2.

 

 En dehors des problèmes electro-magnétiques, qu'en sera-t-il des dégâts faits sur l'avifaune ? Combien d'oiseau, buses, hérons, passereaux finiront hachés par les pales des machines… et parallèlement aux problèmes écologiques, qu'en sera-t-il de la perte de la valeur des maisons voisines de ces machines ?

Nous sommes là pour en débattre.



Le témoignage d'une riveraine d'éolienne…

Nous avons écouté le témoignage d'agriculteurs de Puceul qui subissent les perturbations manifestes dues aux aérogénérateurs (vulgairement appelées éoliennes) qui sont accablantes et qui à occupé une bonne partie de la soirée.

 

Dans leur témoignage émouvant, tant les animaux que les humains ressentent les effets des éoliennes malgré les interventions des "géobiologues" dûment mandatés par l'exploitant des éoliennes, ce qui prouve bien qu'il y a un problème… et qui ont posé des "plots" en silice orientés pour contrer les effets des "ondes" "champs de force" ou infrasons produits par les aérogénérateurs.

Il semblerait que les éoliennes qui sont implantées sur des zones humides ou des failles géologiques, provoquent plus de problèmes que sur d'autres terrains !

 

Les troubles ressentis sont caractérisés par :

- Sur les personnes, des migraines, maux de ventres troubles du comportement cardiaque, bouffées de chaleur…

- Sur les animaux, animaux pris de panique et qui défoncent les clôtures, mammites fréquentes, comportements erratiques, refus d'avancer en certain points comme si i l y avait une clôture électrique qui les arrêtait. On note aussi plus de problèmes sur les veaux, morts-nés, problèmes de retard de croissance, sur la production laitière (constat du contrôle laitier).

 

D'après ces témoignages, et en toute logique, on peut déduire qu'il y a deux causes différentes mais qui peuvent se cumuler, les infrasons, et l'effet de perte d'électricité dans le sol par les câbles transporteurs.

Néanmoins, les propriétaires et exploitants des aérogénérateurs refusent de faire ou de faire faire des mesures… et ces contrôles ne sont bien sûr pas à la portée des personnes impactées par le fonctionnement de ces matériels.

 

Nous ne sommes pas contre l’implantation des aérogénérateurs, ils sont certainement nécessaires dans la lutte pour une énergie renouvelable. Néanmoins nous contestons le mode d’installation de ces engins industriels quand ils ont une influence néfaste sur les êtres humains et le bétail, qui doivent subir des nuisances perturbant gravement leur vie.

 

Il est à noter que les aérogénérateurs sont installés sans que les Maires n’aient à donner de permis de construire. Il n’y a même pas d’étude d’impact.

La seule consultation est l’enquête publique dont seul l’avis émis par le Préfet de Région, compte. 

 

Les personnes concernées ne savent plus vers qui se tourner pour faire comprendre leur désespoir, les autorités (Préfecture), l'exploitant des éoliennes, le propriétaire des éoliennes, les traitent de haut, cherchant à les faire passer pour des mythomanes ! refusant de tenir compte des études qui existent, en Allemagne notamment, sur le sujet.

 

Le problème des aérogénérateurs ne se limitant pas à la commune de Jans, l'ADEJ propose, comme cela a été fait par le passé avec la création de l'association intercommunale Touche pas à ma Rivière de créer une association intercommunale spécifique pour le problème des éoliennes.

 

JLK


NB. : Lorsque des marques commerciales sont citées à titre d'exemple, elles le sont à titre documentaire et gratuit sans aucun engagement de notre part… de même nous ne pouvons être tenus responsables des informations techniques provenant d'articles tiers.