Vu sur internet… de l'aluminium dans le poisson !


Vent de Furie, sur Facebook…


CHILI : L'ÉNERGIE SOLAIRE EST SI ABONDANTE QU'ELLE EST GRATUITE !

…mais il n'y a pas de miracle !


Selon Greenpeace !

…Tout d’abord, non, monsieur David Pujadas, les Français ne sont pas majoritairement contre l’éolien comme vous l’avez affirmé face à Benoît Hamon la semaine dernière. C’est même le contraire. En 2016, 75% des riverains d’un parc éolien en avaient une image positive. On est loin d’un rejet en bloc… Et nos paysages ne seront pas abîmés par des éoliennes envahissantes. Pour parvenir à 100% d’énergies renouvelables en 2050, il nous faudra installer 18 000 éoliennes en France. Une pour deux communes. En Allemagne, pays auquel nos responsables politiques aiment tant se comparer, 26 000 sont déjà implantées…

Cela appelle une réflexion ! "Pour parvenir à 100% d’énergies renouvelables en 2050, il nous faudra installer 18 000 éoliennes en France. Une pour deux communes."

Combien y en aura-t-il à Jans ?

Et 75 % d'image positive, cela fait 25 % (1/4) d'insatisfaits dont on ne soucie pas, c'est beaucoup !

 

(pour lire l'article complet de Greenpeace, cliquez ICI)


Une émission sur France Inter dans la Tête au Carré, thème sur le bruit : https://www.franceinter.fr/emissions/planete-environnement/planete-environnement-15-fevrier-2017



 

Jans

Neuf riverains des futures éoliennes attaquent le projet au tribunal

9 riverains ont demandé la semaine dernière au tribunal administratif de Nantes d'annuler les autorisations d'exploitation d'éoliennes qui avaient été délivrées.

07/02/2017 à 09:37 par La Rédaction

 

 

 

423446f172d9dac17fdaeea308892a09-2.jpg
Neuf riverains ont demandé jeudi au tribunal administratif de Nantes d'annuler les autorisations d'exploitation des éoliennes de Jans.

 

Neuf riverains ou couples de riverains ont demandé jeudi au tribunal administratif de Nantes d’annuler les autorisations d’exploitation qui avaient été délivrées en octobre 2014 à la Société d’exploitation éolienne de Jans par le préfet de la Loire-Atlantique. Cette filiale de la société allemande SAB Windteam – qui porte aussi le projet de parc éolien de Saint-Dolay, près de la Roche-Bernard – prévoit en effet de mettre en service l’an prochain six éoliennes sur la commune.

Mais Fanny Llobel, René Martin, Bernard Maisonneuve, Arnaud Gautier, Hélène, Manuella et Anne-Gaëlle Leclerc, ainsi que les époux Ferrant et Naux considèrent que la procédure est entachée d’illégalité : l’avis d’enquête publique n’est passé da

ns aucun journal d’Ille-et-Vilaine, alors que le département se trouve à 13 km du lieu d’implantation du projet. L’étude acoustique sur les nuisances sonores est également incomplète, selon eux : seuls cinq hameaux sur douze ont fait l’objet de mesures.

Pas d’effet stroboscope

Mais le rapporteur public a proposé au tribunal de les débouter : il n’est “pas établi que l’étude d’impact acoustique serait insuffisante”. La magistrate a également souligné que la Société d’exploitation éolienne de Jans stipulait, dans son rapport, que ses appareils “ne génèrent pas de tonalité marquée pendant plus de 30 % du temps d’utilisation” et que des “mesures de bridage” avaient été prévues si besoin. Elle a également estimé que les requérants ne prouvaient pas qu’ils s’exposaient à un risque d’effet “stroboscopique” s’ils venaient à regarder, la nuit, l’éclairage de sécurité obligatoire des éoliennes.

Aucun monument historique ne se trouve par ailleurs à proximité, a-t-elle fait observer, même si les riverains estiment que ces “aérogénérateurs” vont avoir un impact sur “le petit bâti local et les chemins de randonnée” des environs. La magistrate n’a rien trouvé à redire, non plus, sur l’accumulation de parcs éoliens sur les communes limitrophes de Derval, Saint-Vincent-des-Landes et Issé. “Le bocage permet de limiter l’impact visuel des éoliennes”, estime-t-elle.

En conclusion, elle a donc proposé de rejeter la requête des riverains. L’avocate de ces derniers n’a pas fait d’observations particulières à l’audience, se contentant de celles mentionnées dans son dossier écrit, tout comme celle de la Société d’exploitation éolienne de Jans. Le tribunal administratif de Nantes, qui a mis son jugement en délibéré, rendra sa décision dans un mois environ.

GF (PressPepper)

 

44170 Jans

 

Toutes les ondes ne sont pas nocives… heureusement, comme on dit, la musique adoucit les mœurs et fait du bien aux huîtres et aux vaches…

http://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/morbihan/sene-quand-musique-est-bonne-huitre-1163665.html


Ouest-France

Ils se dressent contre un projet éolien

  • Les projets éoliens se multiplient dans le nord du département, mais font face à de plus en plus de résistance.
    Les projets éoliens se multiplient dans le nord du département, mais font face à de plus en plus de résistance.  | Ouest-France

 

L'Association de défense de l'environnement janséen s'est rassemblée à nouveau, après plusieurs années de sommeil, pour se mobiliser contre le projet éolien à la Butte-Noire.

L'Association de défense de l'environnement janséen (Adej) était en sommeil depuis quelques années. Avec l'annonce d'un projet éolien à la Butte-Noire, ses membres se sont retrouvés, avec l'association Qualité, air, vie et eau (Qave) de Treffieux pour remobiliser les troupes et programmer des actions d'envergure.

Une cinquantaine de personnes étaient présentes, dont Philippe Macé, maire de Jans, venu écouter le point de vue des opposants au nouveau projet éolien qui s'annonce sur le site de la Butte-Noire.

Porté par l'entreprise PT Technologie, ce deuxième dossier janséen est en cours d'élaboration. Si plusieurs propriétaires terriens ont déjà donné leur accord, le dossier n'a pas encore été présenté aux services de la préfecture.

Remobilisation

Mais cela a suffi pour souffler sur les braises de l'Adej. Plusieurs Janséens se sont inquiétés de ce projet et ont réclamé une remobilisation de l'association.

Jean-Louis Kléfize, président de l'Adej depuis 2002, comprend ces inquiétudes. « L'Adej est pour les énergies renouvelables qui sont vraiment écologiques et non pas des projets industriels qui émettent des pollutions, explique-t-il. Elle n'est pas contre les éoliennes, lorsqu'elles ne présentent pas de danger pour les habitants qui en sont plus ou moins proches. »

« Néanmoins, dans les cas qui nous concernent, aucune précaution n'est prise avant la mise en place de ces machines gigantesques, ni aucune garantie en cas de dysfonctionnements, estime le président. Il y a quelque temps, il fallait pour une machine de 60 m de haut une distance 500 m par rapport à une habitation. Aujourd'hui pour une machine de plus du double de hauteur, il faut toujours 500 m de retrait. »

Déjà des actions à la Butte-Noire

La Butte Noire, c'est tout un symbole pour l'Adej. Durant l'été 1989, grâce à ses actions coup de poing, comme le blocage de la voie express Rennes-Nantes avec plus de 400 personnes, l'association avait réussi à faire abandonner le projet d'implantation d'une décharge d'ordures ménagères brutes de 40 ha, qui devait voir le jour sur le site de La Butte Noire.

Mobilisée aux côtés des Treffiolais qui ne voulaient pas du site d'enfouissement, c'est tout naturellement que l'Adej est venue chercher son soutien pour le nouveau combat qui s'annonce.


Jans. Ils se mobilisent contre le projet éolien à la Butte-Noire

OUEST FRANCE -16/01/2017 - L’Association de défense de l’environnement janséen s’est rassemblée à nouveau, après plusieurs années de sommeil, pour se mobiliser contre le projet éolien à la Butte-Noire, à Jans (Loire-Atlantique).

L’Association de défense de l’environnement janséen (Adej) était en sommeil depuis quelques années. Avec l’annonce d’un projet éolien à la Butte-Noire, ses membres se sont retrouvés, avec l’association Qualité, air, vie et eau (Qave) de Treffieux pour remobiliser les troupes et programmer des actions d’envergure.

Une cinquantaine de personnes étaient présentes, dont Philippe Macé, maire de Jans, venu écouter le point de vue des opposants au nouveau projet éolien qui s’annonce sur le site de la Butte-Noire.

Porté par l’entreprise PT Technologie, ce deuxième dossier janséen est en cours d’élaboration. Si plusieurs propriétaires terriens ont déjà donné leur accord, le dossier n’a pas encore été présenté aux services de la préfecture.

Mais cela a suffi pour souffler sur les braises de l’Adej, présidée depuis 2002 par Jean-Louis Kléfize. Plusieurs Janséens se sont inquiétés de ce projet et ont réclamé une remobilisation de l’association.


Composé de neuf foyers vivants dans le périmètre d’implantation du parc de 6 éoliennes porté par la société Syscom, le collectif de riverains de Jans a rejoint l’Association de Défense des paysages du Nord de la Loire-Atlantique, nouvellement créée.

Ce nouveau collectif vise à regrouper toutes des actions contre les nouvelles implantations d’éoliennes dans le secteur nord du département. Leur objectif est de « défendre le cadre de vie, l’environnement, la propriété, la tranquillité, la santé et la sécurité des habitants du territoire », selon les membres locaux. Un nouveau projet éolien, prévu au nord de la commune, inquiète les riverains.

« Des risques sanitaires ignorés »

Si les nuisances visuelles, sonores ou la dépréciation de l’immobilier sont des motifs d’opposition généralement compris par la population, le collectif de riverains s’est rendu compte lors de ses différentes discussions, que « les risques sanitaires » étaient « généralement ignorés »« En Allemagne, cela fait longtemps que les problèmes de santé sont intégrés dans les projets éoliens, comme le syndrome éolien, dû aux infrasons produits par les éoliennes », précise Bernard Maisonneuve, membre du collectif. « En France, les porteurs de projet font comme s’ils n’existaient pas. Ils nient même l’existence de problèmes de santé, pourtant, nous avons des exemples concrets et tout près de chez nous. »

Fanny Llobel, autre Janséenne membre du collectif, complète :

Il n’est quand même pas anodin que l’Agence nationale de sécurité sanitaire, l’Anses, a lancé en 2013 une étude sur les effets sanitaires des basses fréquences sonores et infrasons dus aux parcs éoliens.

Un syndrome éolien

Et les membres de rappeler que « plusieurs symptômes sont l’expression du syndrome éolien : acouphènes, vertiges, nausées, troubles de la vue, tachycardie, tremblements, problèmes de concentration et de mémoire omniprésents. L’apparition des symptômes n’est pas immédiate. Il faut séjourner un certain temps à proximité des éoliennes pour qu’ils surviennent. Les enfants sont affectés, de même que les adultes et plus particulièrement les adultes plus âgés, les personnes sujettes aux migraines ou celles dont l’oreille interne présente des dommages antérieurs à l’exposition. »

Contact : fanny.llobel@gmail.com


PRESSE-OCÉAN - 02-06-2014 - Un collectif national et une association locale s'élèvent contre la création d'un parc de six éoliennes à Jans, dans le nord du département. Ici, les habitants commencent tout juste à se mobiliser. Les premières maisons sont à 500 m, distance réglementaire qui concerne douze villages, hameaux ruraux et nouveaux lotissements. Christian Collas, porte-parole de Côte ouest sans éolienne, a lancé une pétition qui a déjà récolté 366 signatures.

 


L'Éclaireur de Châteaubriant (13/10/2016)

TreffieuxLes anti-éoliens prêts pour un combat de procédures

Près de 18 associations et comités de citoyens contre les éoliennes étaient présents à la réunion de Défense des paysages et des habitants du Nord 44, qui avait lieu à Treffieux.

13/10/2016 à 16:44 par La Rédaction

 

Maître Isabelle de Bodinat (3e à g.) est venue soutenir l'action de l'association de Défense des Paysages et des Habitants du Nord 44 représentée par Gonzague Bureau, Fanny Llobel et Arnaud Le Gualès. -
Maître Isabelle de Bodinat (3e à g.) est venue soutenir l'action de l'association de Défense des Paysages et des Habitants du Nord 44 représentée par Gonzague Bureau, Fanny Llobel et Arnaud Le Gualès. -

 

C’était comme une veillée d’armes. Maître Isabelle de Bodinat a expliqué les différents rouages de la nouvelle procédure administrative, qui devait faciliter la vie des promoteurs éoliens mais qui se retourne finalement contre eux. « C’est un combat de procédures. Une chasse aux irrégularités. Il faut tout défendre, vous devez faire valoir vos intérêts personnels par des interventions volontaires aux côtés du préfet. »Ce combat contre les éoliennes, elle le maîtrise. L’avocate du barreau d’Angers est la spécialiste du dossier dans toute la France. « Cela fait dix ans que je suis tombée dans l’éolien. Et on se rend compte que c’est un dossier aux ramifications incroyables. »

Aérogénérateurs plutôt qu’éoliennes

Ce combat est pour l’avocate, un combat sémantique : « Ne parlez plus d’éoliennes ! Employez le véritable terme qui les désigne : ce sont des machines électriques aérogénérateurs. Ce ne sont pas de simples mâts inertes. On parle aussi de promoteurs éoliens. Ce ne sont pas des philanthropes ! »

Pour les membres de Défense des paysages et des habitants du Nord 44, l’enjeu est de taille : « La transition énergétique ne doit pas ruiner la vie et la santé des citoyens. C’est aux politiques de trouver d’autres solutions véritablement propres et vertes. Notre mouvement n’est pas contre l’éolien. Mais pas si près de nos habitations », insiste Fanny Llobel, membre du bureau de l’association mais aussi membre du collectif citoyen contre les projets éoliens qui fleurissent à Jans.

Des témoignages inquiétants

Dans la salle, beaucoup sont agriculteurs. Certains subissent déjà les nuisances liées à l’éolien. Comme Jean-Yves Vivien, d’Erbray, qui a vu s’installer en 2006 des éoliennes près de chez lui. « Les éoliennes tournent 150 jours par an et depuis qu’elles fonctionnent, nos tas d’ensilage ne se conservent plus, on constate une baisse d’immunité chez nos vaches allaitantes, on a un problème d’électricité dans un bâtiment. On sait nous trouver quand on a besoin de nous pour ces projets, mais après, on nous oublie. J’aimerais bien avoir des réponses à mes questions. »

L’association souhaite donner la parole à tous ces agriculteurs qui, aujourd’hui, regrettent d’avoir dit oui lorsqu’ils ont été approchés par les promoteurs éoliens.

Renseignements sur l’association : assodpn44@outlook.fr

44170 Treffieux


Ecrit le 21 mai 2014 - Journal de la Mée.

Six éoliennes à Jans

Le projet de Jans comporte six éoliennes de 150 m de hauteur (au bout des pales), implantées non loin de la route départementale 771, entre la vallée du Don et la vallée du ruisseau de Sauzignac. Il s’agit d’un secteur de polyculture-élevage, à faible intérêt floristique, avec un habitat humain très dispersé. Aucune zone destinée à l’habitation n’est située à moins de 500 mètres.

La présence de plusieurs mares et de fossés, en fait un lieu favorable aux amphibiens. Sept espèces ont été relevées dont quatre possèdent un statut régional (rare ou vulnérable) : Bufo calamita, Triturus Cristatus, Triturus marmoratus, Salamandra. La préservation des milieux aquatiques fréquentés par ces espèces doit faire l’objet d’une attention toute particulière. Le site ne semble pas présenter d’intérêt majeur pour les populations d’oiseaux et de chauve-souris. Les espèces nicheuses comme le Pipit Farlouse, et le Bruant Proyer sont peu sensibles à l’éolien. Un arrêté de protection concerne le site de parturition de chauve-souris « Le Grand Murin », situé dans le clocher et les combles de l’église de Jans, à 1,2 km. Le projet prévoit 40 000 € sur 15 ans pour le suivi de la mortalité des oiseaux et des chauve-souris.

Parmi les mesures prises par l’exploitant, notons la plantation de haies utilisant des espèces locales et réutilisation de la terre extraite du site en priorité, pour réduire les apports de terres extérieures et d’espèces végétales exogènes, afin d’éviter l’introduction d’espèces invasives.

En complément l’exploitant a souhaité accompagner la commune dans son projet d’aménagement du barrage de la Thénaudais sur le Don. Il participera donc, à hauteur de 26 500 € au projet local de restauration de la continuité écologique, en remplaçant le clapet par une vanne et en mettant en place un chenal de dérivation. (coût total 76 000 euros)

La production annuelle des six éoliennes sera de 38 GWH, ce qui corespond à la consommation électrique, chauffage compris, de 13800 habitants. Sur 15 ans. Le bilan environnemental sur : 570 GWH produits – 26 790 tonnes de CO² évitées (soit 132 750 000 km en voiture) – 6,2 tonnes de déchets radioactifs de vie courte non produits et 513 kg de déchets radioactifs de vie longue non produits.

Les éoliennes rapporteront 177 000 €/an à la commune (qui partagera avec la Com’Com’). A noter que, dans un rayon de 20 km, il y a 10 zones d’éoliennes, dont quatre à moins de 10 km, ce qui implique des enjeux en termes de cumul et d’interactions potentielles entre ces zones.

Ce projet est en gestation depuis 2008 et a souvent été abordé au Conseil Municipal de Jans. Maintenant, dans le cadre de l’enquête publique, trois « Drôles de Dames » comme elles le disent d’elles-mêmes, ont constitué une association « Non au projet éolien de Jans » invitant à la réflexion et au débat avant que ne commence la réalisation.